Connaissez-vous le Dicthographe ?

Le Dicthographe est un dictionnaire qui aide à trouver les mots. Ce journal de bord relate sa progression et les prolongements qu'il suscite.

vendredi 19 juin 2015

Le masculin ne l'emporte plus sur le féminin.

 Depuis quelques années, les féminins mélioratifs nous surprennent : une inspecteure ou une directeure seraient-elles mieux considérées qu'une inspectrice ou une directrice ? C'est la seule avancée, si l'on peut dire, concernant le fossé lexical entre les femmes et les hommes.
 Les déclarations pontifiantes sur la féminisation des noms de métiers ne peuvent occulter le fait que ce n'est ni aux éminents spécialistes ni aux dictionnaires d'en décider mais à la société. Pour le féminin des noms en particulier, le pragmatisme de l'Office québécois de la langue française donne à l'Académie française une apparence figée.
 Rien n'a changé depuis que les noms d'animaux ont été affublés du genre masculin ou féminin selon leur comportement ou leur apparence. Le masculin domine dans tous les domaines lexicaux. Un photocopieur devient une photocopieuse s'il est en panne.
 J'ai décidé de modifier ce vestige antédiluvien dans le Dictho, le dictionnaire qui aide à trouver les mots, en mettant en avant le féminin. Pourquoi ?
La première évidence est qu'il est généralement bien plus facile de trouver le masculin à partir du féminin que l'inverse. La deuxième raison est que ce n'est pas à un dictionnaire de limiter l'usage du féminin, notamment pour les métiers.  Si cette forme a été employée, le Dictho l'indique. Rappelons aussi que les dictionnaires classiques obligent souvent à faire une recherche mot par mot pour trouver leur genre grammatical.
Et pour les accords ?
 "Le masculin l'emporte sur le féminin." On peut tenter de contourner cette règle scélérate la question en utilisant des noms épicènes comme l'a récemment recommandé l'Office québécois de la langue française : http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/PDF/avis_goq_feminisation_2015.pdf
 Dans le Dictho (qui ne ne contient ni abréviation ni désignation grammaticale), vous trouverez dorénavant "elle ou il est intéressant(e)", et le féminin indiqué avant le masculin.
 Pour finir de tordre le cou à cette règle imbécile, je vous suggère d'écrire : Les femmes et les hommes sont égales et égaux."  L'usage fera le reste.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire