Connaissez-vous le Dicthographe ?

Le Dicthographe est un dictionnaire qui aide à trouver les mots. Ce journal de bord relate sa progression et les prolongements qu'il suscite.

jeudi 27 août 2015

Répliquer et se répliquer : le point de vue de l'Académie française

  Le verbe se répliquer est généralement expliqué par "subir une réplication" (pour une molécule ADN), ce qui ne nous avance guère, ou "se reproduire", ce qui me semble imprécis. J'opterais pour "se copier soi-même". Quel est votre avis ? Peut-on formellement le rattacher à répliquer ? Ou directement à pli ?
 Avec mes remerciements.

  Cher Monsieur,
  La réplication de la molécule d'A.D.N. fait intervenir de nombreux acteurs moléculaires. L'A.D.N. ne se copie pas lui-même ; ce sont les polymérases, aidées d'amorces, de ligases, d'hélicases... qui effectuent cette copie. Dans l'état actuel des connaissances, les seuls acides nucléiques pourvus d'une activité catalytique, et donc potentiellement capables de copier une molécule, sont les ribozymes. La phrase "l'A.D.N. se réplique en phase S" est donc employée comme un raccourci, mais il serait plus juste d'écrire "Les polymérases répliquent l'A.D.N. en phase S".
  La définition "subir une réplication" se place du point de vue du brin matrice. On trouve également la glose "produire par réplication", qui met l'accent sur le résultat. Dans les deux cas, il faut se reporter à l'article Réplication, "produire une copie d'un brin d'A.D.N. ou d'A.R.N.", et aux dictionnaires spécialisés pour connaître les détails.
  Ce sens technique de répliquer vient de l’anglais scientifique to replicate dont l’étymologie est similaire à celle du verbe français : plier en arrière, puis répondre à un argument.  Plier n’est plus vraiment compris dans ce sens aujourd’hui. L’une des significations actuelles de Réplique est « l’action de reproduire, de redoubler, de reprendre à l’identique » et par métonymie, le résultat de cette action. Il apparaît dans la 4ème édition du dictionnaire de l’Académie française (1792), en musique : « signifie répétition, et se dit des octaves, parce qu’elles sont regardées comme n’étant proprement que la répétition du son dont elles sont les octaves. » On peut imaginer qu’il s’agit là de l’articulation entre la réplique, de théâtre par exemple (réponse), et celle de la peinture (copie), qui mena bien plus tard à la copie ou réplique de la molécule d’A.D.N.
  Cordialement
  M.A.
  Service du dictionnaire de l’Académie française

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire